Happy Brain Food, la startup qui vous aide à adopter un régime anti inflammatoire

L'Essentiel » Rééquilibrage alimentaire » Happy Brain Food, la startup qui vous aide à adopter un régime anti inflammatoire

Interview réalisée avec Anne Loriot, fondatrice de Happy Brain Food et cuisinière hors pair qui nous fait découvrir les principes d’un régime anti inflammatoire et l’impact d’une telle alimentation sur le syndrome de l’intestin irritable.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Anne, j’ai 41 ans. J’ai fait des études artistiques puis j’ai travaillé dans le cinéma, la télévision, l’industrie du luxe puis en freelance, auprès de start-ups et d’ONG.

Je me consacre aujourd’hui à l’écriture de scénarios de comédie/dramédie.

Il y a 8 ans j’ai été diagnostiquée du syndrome de l’intestin irritable à la suite de crise de douleur aiguë et répétée au niveau du ventre. Du jour au lendemain j’ai dû radicalement changer ma manière de manger. Je suis passé à un régime anti inflammatoire basé sur la consommation d’une alimentation saine et alcalinisante.

Mon organisme avait donné des signes avant coureur d’un dysfonctionnement interne, dès la puberté, que ni moi, ni les médecins que j’avais rencontrés jusque-là n’avait réussi à  interpréter. Ces premiers symptômes se sont aggravés avec le temps et sont devenus une maladie chronique.

Comment est venue l’idée de créer Happy Brain Foods ?

Au moment de mon changement de régime, j’ai découvert une autre manière d’aborder la cuisine. Étant de nature mince et élevée au sein d’une famille qui cuisinait des plats maisons et sains,  je n’avais jamais vraiment dû faire attention à ce que je mangeais et je me suis rendu compte de la difficulté de me couper de certains ingrédients. Pour retrouver de la gourmandise dans mon nouveau régime, j’ai décidé de faire un stage dans une cantine crue à Paris. 

Depuis ce moment, je cuisine beaucoup de plats très sympa que je me suis mise à partager sur les réseaux sociaux pendant le confinement. Mes amies ont adoré et m’ont poussé à lancer le projet Happy Brain Food.

Qu’est-ce que vous faîtes chez Happy Brain Food ?

Chez Happy Brain Food mon ambition est de reprendre les codes de la street food mais de changer tous les ingrédients pour privilégier ceux qui ont des vertus anti inflammatoires, qui nourrissent le microbiote et donc qui boostent notre système immunitaire. J’ai très rapidement testé mon offre à Marseille au Cloître puis dans un bar à vins natures pour faire découvrir aux convives que l’on pouvait manger gourmand et sain !

Je fais particulièrement attention aux équilibres nutritionnels et acido-basiques de chacune de mes recettes.

Parmi les recettes qui fonctionnent le mieux il y a par exemple les rouleaux de printemps. La feuille de riz a un indice glycémique faible et je propose une garniture très fraîche et printanière avec des pousses d’épinards, du tofu ou un frawmage cajou, des herbes aromatiques et des légumes crus et des légumes lactofermentés.

Vous avez mentionné plusieurs fois les termes lactofermentés et régime anti inflammatoire. Est-ce que vous pouvez nous préciser ce dont il s’agit ?

Le syndrome de l’intestin irritable est très peu connu en France par le grand public et par le corps médical. Comme pour l’endométriose, beaucoup de médecins ferment les yeux sur les symptômes par méconnaissance et vous conseillent de vous y habituer car ils ne peuvent rien pour vous.

Il s’agit pourtant d’une maladie connue à l’étranger (Angleterre, Allemagne, Luxembourg…) que l’on détecte par analyse du microbiote et que l’on traite par une approche holistique inspirée de la naturopathie et/ou médecine fonctionnelle.

En deux mots, ma barrière intestinale est poreuse et l’ingestion de certains aliments (acidifiants) déclenche une réaction immunitaire de mon organisme. L’alimentation anti inflammatoire est elle aussi très connue à l’étranger. Il s’agit d’arrêter quasi totalement certains ingrédients : gluten, laitages, sucre, alcool et de faire la part belle aux aliments dit alcalinisant (légumes verts, poissons gras, volailles etc.).

Et les légumes lactofermentés là-dedans ?

Il s’agit d’une méthode ancestrale de conservation des légumes qui revient sur le devant de la scène. On voit réapparaître des aliments fermentés comme le kéfir, et le kombucha ou le tempeh et je suis convaincu que les légumes vont vite revenir dans nos assiettes également.

La lacto fermentation n’a rien à voir avec le lait. Il s’agit d’un mécanisme naturel de fermentation d’un légume ou d’un fruit via les bactéries présentes sur sa peau. Cela donne un goût particulier à l’aliment, permet de le conserver plus longtemps et apporte un potentiel nutritionnel intéressant avec une flore de probiotiques naturels.

Un petit mot de la fin ?

Pour moi il est inconcevable de vivre avec cette maladie sans essayer d’en guérir. J’essaye donc plein de choses différentes au niveau alimentaire mais aussi avec des naturopathes et des médecins. Je prends par exemple de la glutamine pour renforcer la barrière intestinale.

Ce changement d’alimentation m’aide à mieux supporter la maladie mais à aussi un effet très positif sur tout le reste de mon organisme. J’ai par exemple quasiment plus de migraines et depuis que j’ai retiré de mon alimentation tous les produits issus de l’industrie agro-alimentaire, le gluten, les laitages et le sucre, je ne suis plus jamais malade.

Enfin, j’essaye depuis peu d’aborder la maladie également du côté émotionnel. Je travaille sur la gestion de mes émotions, mon stress mais aussi sur mon passé pour débloquer un stress psychologique qui pourrait être à l’origine de ce syndrome physique.

Quoiqu’il arrive, même si vous n’avez pas de syndrome particulier, je vous encourage à repenser votre alimentation et de prendre le temps de vous renseigner sur ce sujet. 

Par exemple, consommez vos fruits en début de repas et jamais en fin de repas (sinon ils fermentent dans votre estomac et vous perdez l’assimilation de leurs vitamines), évitez d’associer des protéines et des féculents (par exemple, viande rouge + patates = coup de barre garanti), consommez des oeufs en veillant à ce que le jaune reste liquide (trop cuit, celui-ci devient toxique).

Si vous souhaitez en savoir davantage sur la médecine fonctionnelle et comment vivre en pleine santé, naturellement, en repensant vos habitudes de vie, je vous conseille de suivre le Docteur américain Mark Hyman (par exemple, sur Instagram).

Si vous êtes intrigué.e.s par l’origine émotionnelle de certaines maladies digestives comme le syndrôme de l’intestin irritable, je vous recommande de lire le roman de Stéphane Allix : Nos âmes oubliées. 

Si vous souhaitez guérir de blessures émotionnelles passées, de traumatimes liés à l’enfance ou récents, je vous conseille le livre de Natacha Calestreme : La clé de votre énergie.

Enfin, vous pouvez m’écrire, soutenir Happy Brain Food voire de m’aider à le relancer !

Rouleau de printemps anti inflammatoire à base de légumes fermentés

Articles récents

Articles similaires